Harmodos et Aristogiton :
les " Tyrannoctones "

La mémoire des assassins du tyran Hipparque (signification du terme "tyrannoctones"), Harmodios et Aristogiton, fut honorée dès la fin de l'époque archaïque par la jeune démocratie athénienne.

Dans les dernières années du VIe siècle, on érigea sur l'agora un groupe statuaire les représentant, œuvre du célèbre sculpteur Anténor. Il fut détruit par les Perses en 480 ; mais, dès après leur départ, on lui substitua un autre groupe dû à Critios et Nésiôtès. Les deux effigies sont connues par des copies romaines, qui les présentent sur des bases séparées (copies du Musée de Naples).

Le groupe en plâtre de Strasbourg fait date dans l'histoire de la discipline, puisqu'il est issu de la tentative de restitution d'Adolf Michaelis, qui fait désormais autorité. Ainsi les deux hommes figurent pour la première fois sur un même socle, dans l'attitude qui devait être celle du groupe original, comme l'indiquent des fragments de la base découverts sur l'Agora d'Athènes. et des représentations contemporaines sur vases.

in situ. Vers 440 av. J.-C.