Les reliefs du "Trône Ludovisi" furent découverts à Rome, à l'emplacement des Jardins de Salluste, avec d'autres statues grecques. On a longtemps pensé que les trois reliefs, deux sur les petits côtés et celui du long côté, ornaient, à l'origine, les côtés et l'arrière d'une sorte de siège (d'où le nom de " trône "). Ainsi peux-on apprécier, parallèlement aux moulages des originaux, la restitution en miniature tentée par A. Michaelis (hauteur conservée : 48 cm).

     
 

On pense désormais qu'il s'agissait plutôt des bas-reliefs ornant un autel. Le sujet est vraisemblablement l'exaltation d'Aphrodite, dont on peut voir la naissance sur le long côté (manquant à Strasbourg), et l'évocation de sa double personnalité sous les trait d'une femme nue jouant de la double flûte (amour profane) et d'une dame vêtue alimentant un brûle-parfum en l'honneur de la déesse (amour sacré).

Les deux reliefs latéraux sont caractéristiques de ce style sévère, qui constitue la transition entre le style archaïque et le style classique. Toutefois la nudité de l'un des personnages atténue l'impression d'austérité caractéristique de l'époque.

Marbre. Rome. Vers 460 av. J.-C. haut. : 1,04 m