Copie romaine d'un original de Léocharès ( ?). Vers 330/20 av. J.-C.
 

 

 

 

Redécouverte à la fin du XVe siècle cette œuvre influença considérablement l'appréhension que l'on eut, depuis lors, de la sculpture antique, en particulier, à la suite des travaux de Winckelmann au XVIIIe siècle. Elle tient son nom de la cour du Belvédère au Vatican, où elle fut exposée. Même s'il est douteux qu'il s'agisse bien, comme on l'a prétendu, de l'Apollon Pythien de Léocharès, c'est certainement l'une des plus célèbres statues de l'Antiquité grecque.

     

En effet, les découvertes de Baïes, témoignage de l'industrie du moulage d'œuvres grecques par les Romains, ont livrés des fragments de moules qui correspondent à des détails de la copie d'époque romaine conservée au Musée du Vatican.

 

 
     
 

 

 

 

Attestant l'intérêt d'une telle collection de moulages pour la recherche, le plâtre de Strasbourg présente la particularité d'avoir reçu certains implants, façonnés à partir des moules mêmes de Baïes. On peut voir ici le poignet gauche, les parties génitales et le genou droit (ainsi que la fesse droite, non visible) incrustés dans le plâtre, qui témoignent de la fidélité à l'original grec de la copie du Vatican.